Rosé or not rosé ?

Lamateurbordeaux Après l’abandon par la Commission européenne de son projet de rosé « transgénique » (couper du rouge avec du blanc ou vice-versa), on peut enfin respirer, descendre à la cave, sortir le tire bouchons et allumer le barbecue ! Les apéritifs entre amis et les grillades estivales sont sauvés.

L'AMATEUR DE BORDEAUX nous propose d’ailleurs dans sa dernière livraison un véritable guide d’achat, basé sur une dégustation de 135 vins, avec une sélection finale de 38 références : Loire, Rhône, Bordeaux, Languedoc-Roussillon sont présents, mais c’est surtout la Provence qui se taille la part du lion avec ses Côteaux, son Bandol, son Palette et autres Côtes de Provence. Cette dernière est véritablement la patrie du rosé, et c’est elle qui avait le plus à souffrir de la mise en place d’un rosé de contrebande.

Au sommaire de ce numéro d’été, une visite guidée de la cave d’Alain-Dominique Perrin, ancien pdg de Cartier et heureux propriétaire du château Lagrézette en Cahors, un dossier Vinexpo, la nouvelle école du bordelais ou bien encore quelques bonnes pistes pour les primeurs 2008.

Direction donc le transat, les olives, les cigales et de divins flacons….

Télécharger L'AMATEUR DE BORDEAUX sur relay.com

Julien

Une réflexion au sujet de « Rosé or not rosé ? »

  1. juste pour vous dire, le bordelais c’est notre fierté a nous tous, tous les français partout dans le monde y’a pas de vin de table qui peut rivaler avec le bordelais 🙂

Les commentaires sont fermés.